HEURES (LIVRE D’)


HEURES (LIVRE D’)
HEURES (LIVRE D’)

HEURES LIVRE D’

Vers la fin du Moyen Âge se manifeste le besoin d’un livre rendant accessible aux laïcs certains éléments du bréviaire utilisé par les prêtres. D’après ce modèle liturgique s’est développé lentement pendant le XIVe siècle un livre de dévotions privées qui reprend le rôle antérieur du psautier. Ces livres d’heures se sont surtout répandus en France, dans les Pays-Bas du Sud, en Angleterre et, plus tard, en Italie et en Espagne. Ils constituent une part considérable de l’ensemble des textes médiévaux conservés. Chaque chrétien désirait en posséder un ou même plusieurs, et, selon sa situation, il les faisait exécuter d’une façon somptueuse ou modeste. Malgré des variations de format et l’abondance de l’illustration, tous les livres d’heures sont composés selon un même schéma, qui souffre cependant des exceptions. Les livres d’heures commencent par un calendrier rédigé exclusivement en fonction des fêtes religieuses et des saints (on trouvera une excellente analyse des calendriers dans E. König, Das Vatikanische Stundenbuch Jean Bourdichons , Belser Facsimile Editionen, 1984, p. 32 sqq.). Suivent deux longues prières, «Obsecro te» et «O intemerata», qui implorent la grâce de voir apparaître la Vierge au moment de la mort. Puis viennent des extraits des Évangiles racontant des épisodes importants de la vie du Christ. Ces fragments des quatre Évangiles sont illustrés d’enluminures représentant soit les évangélistes, soit les épisodes du récit rapporté. Le noyau du livre est formé par l’office, les heures de la Vierge (voir le texte de l’abbé V. Leroquais, Les Livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale , t. I, Introduction, Paris, 1927). Les prières, composées en grande partie par les psaumes, suivent le rythme quotidien. Les matines, laudes, prime, tierce, sexte et none, les vêpres et les complies scandent la journée. Les mêmes divisions sont appliquées aux heures plus courtes de la Croix et à celles du Saint-Esprit. Les psaumes pénitentiaux (psaumes 6, 32, 38, 51, 102, 130 et 143), un des éléments les plus anciens de la liturgie, sont récités à des occasions fort diverses, dédicaces des églises, consécrations, etc. Les litanies, invocations courtes en l’honneur de Dieu, de la Vierge et des saints, terminent cette partie des heures. Restent deux parties non négligeables, l’office des morts et les suffrages des saints, courtes prières invoquant individuellement un certain nombre de saints et de patriarches, les apôtres et les martyrs, les confesseurs. Ce schéma général est sujet aux caprices de la clientèle, qui souvent modifie l’ordre, ajoute des prières ou, au contraire, réduit l’ensemble coutumier des prières.

Parmi les milliers de livres d’heures conservés, les plus modestes mais souvent les plus lus (au Moyen Âge la lecture se faisait à haute voix) ne sont pas illustrés, tandis que pour les plus luxueux, qui offrent une grande variété de parchemins et de reliures, on faisait appel à des calligraphes raffinés et aux services de grands enlumineurs. Citons parmi les plus célèbres Les Très Riches Heures enluminées au début du XVe siècle par les frères Limbourg, celles illustrées par un maître anonyme pour le maréchal de Boucicaut (musée Jacquemart-André, Paris), les Heures de Bedford (British Library, Add. ms. 18850), les Heures de Rohan (Bibl. nat., ms. lat. 9471, Paris), les heures exécutées autour de 1450 pour le trésorier de Charles VII, Étienne Chevalier, par Jean Fouquet, les chefs-d’œuvre réalisés pour la cour de Bourgogne, par exemple par le maître de Marie de Bourgogne (voir O. Pächt, The Master of Mary of Burgundy , Londres, 1948), les heures exécutées par Jean Colombe et son atelier pour Louis de Laval illustrées par plus de mille deux cents enluminures (autour de 1485, Bibl. nat., ms. lat. 920), les Grandes Heures de la reine Anne de Bretagne , enluminées par Jean Bourdichon (Bibl. nat., ms. lat. 9474, avant 1508). (On consultera le panorama d’ensemble des heures de luxe dans John Harthan, Books of Hours and their Owners , Londres, 1973; ou l’ouvrage de l’abbé Leroquais, op. cit. )

Les enlumineurs sont souvent simultanément des peintres de chevalet, mais l’énorme demande provoque la formation d’ateliers spécialisés. Au cours de la seconde moitié du XVe siècle, l’invention de l’imprimerie répond aux besoins de cette évolution. Parmi les incunables figurent bon nombre de livres d’heures multipliés ainsi par tous les imprimeurs célèbres (voir A. Labarre, «Livres d’heures», in Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique , vol. VII, 1968).

Depuis les années 1960, on a reconnu l’intérêt capital de ces manuscrits pour déterminer et localiser les ateliers qui les ont fabriqués. Des études très fouillées sur des détails liturgiques, sur la calligraphie (que le client choisit), sur le choix des illustrations, sur la vente et la diffusion des manuscrits ont enrichi nos connaissances sur la société à la fin du Moyen Âge. La multiplication des éditions en fac-similé contribue d’ailleurs au renouveau d’intérêt pour les livres anciens.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • LIVRE — C’est vers le milieu du XVe siècle que la technique occidentale d’impression des textes au moyen de caractères mobiles fut mise au point, très vraisemblablement dans la région de Mayence. À partir de 1460, le nouvel art se répand très rapidement… …   Encyclopédie Universelle

  • heures — ● heures nom féminin pluriel Partie de l office qui se déroule suivant le cours de la journée. (La nouvelle liturgie des heures [1970] prévoit six heures, dont les deux pôles sont les laudes le matin et les vêpres le soir.) ● heures (expressions) …   Encyclopédie Universelle

  • Livre d'heures — ● Livre d heures livre de dévotion privée, recueil de prières et d éléments liturgiques choisis. (Beaux exemplaires enluminés aux XIVe et XVe s., par J. Pucelle, le Maître de Boucicaut, le Maître de Rohan, les Limbourg, J. Fouquet, etc.) …   Encyclopédie Universelle

  • Heures canoniales — Pour les articles homonymes, voir Heures. Pour le catholicisme, les heures canoniales sont des offices liturgiques qui sont consacrés à la prière, en plus de la messe quotidienne, au sein des ordres religieux aussi bien que pour le clergé… …   Wikipédia en Français

  • Livre D'heures — Pour les articles homonymes, voir Heures. Anatomie humaine, enluminure des Très Riches Heures du duc de Berry (début …   Wikipédia en Français

  • Livre d'Heures — Pour les articles homonymes, voir Heures. Anatomie humaine, enluminure des Très Riches Heures du duc de Berry (début …   Wikipédia en Français

  • Livre d'heures d'Étienne Chevalier — Heures d Étienne Chevalier Saint Jean à Patmos, sans doute la première enluminure du livre parmi celles qui nous sont parvenues Artiste Jean Fouquet Année entre 1452 et 1460 Technique …   Wikipédia en Français

  • Livre Des Portes — Le livre des Portes est un texte sacré de l ancienne Égypte, datant du Nouvel Empire. Il a été trouvé pour la première fois dans la tombe d Horemheb (XVIIIe dynastie), mais la date de rédaction reste hypothétique. Son nom, « Livre des… …   Wikipédia en Français

  • Livre des Portes — Le livre des Portes est un texte sacré de l ancienne Égypte, datant du Nouvel Empire. Il a été trouvé pour la première fois dans la tombe d Horemheb (XVIIIe dynastie), mais la date de rédaction reste hypothétique. Son nom, « Livre des… …   Wikipédia en Français

  • Livre Des Psaumes — Premiers versets en hébreu du psaume 1. Le livre des Psaumes (ספר תהילים Sefer Tehillim en hébreu, Livre des Louanges) est un livre de la Bible juive, le premier de la section des Ketouvim, selon le canon de la Bible hébraïque. Dans l Ancien… …   Wikipédia en Français